un métier, des formations et des garanties

une formation rigoureuse et des compétences scientifiques


M.K. D.E.

1985

Diplôme de Masseur-Kinésithérapeute


Diplôme d'ostéopathie

Ostéopathe D.O. 

1996

Sutherland College of Osteopathic Medicine  

 


Formation aux techniques australiennes par Mickael SHACKLOCK 

2010

 

 

un peu d'histoire, mais pas trop d'histoires

 L'histoire de l'ostéopathie commence aux Etats Unis, Andrew Taylor STILL jette les fondements de sa médecine, il n'est pas médecin et ne le sera jamais, il se passionne pour les os, d'où le nom qu'il donnera à son concept. Ses élèves feront évoluer les techniques, ils poseront les bases scientifiques et diffuseront à travers le monde, la philosophie ostéopathique, sa vision holistique ("le corps est un tout").

  

L'interdépendance des organes du corps sera d'abord comprise au sens des liens mécaniques (tension, traction, compression...) qui relient les différentes parties du corps entre elles : les os et leurs articulations, les ligaments et les capsules articulaires, les aponévroses et les muscles, les vaisseaux sanguins mais aussi les nerfs. Il faudra attendre la fin du XXème siècle pour que des études attestent de la grande complexité des rapports entre nos organes et du caractère visionnaire de STILL: une dysfonction peut se manifester à distance, loin de son origine et le corollaire de tout ça : notre corps est un tout, et chaque dysfonction se traduit par une adaptation locale initialement mais ensuite cette adaptation devient générale (compensation). Ces modifications plus ou moins harmonieuses et confortables selon les individus, sont sources de douleur, de gêne, de dérèglement fonctionnel plus ou moins proche du désordre initial. Aujourd'hui encore, malgré les preuves scientifiques et médicales qui permettent de valider notre pratique ostéopathique basée sur un examen minutieux, beaucoup reste encore à faire dans le domaine de l'ostéopathie viscérale et crânienne, cela doit conduire l'ostéopathe à la plus grande humilité quant à l'action attribuée à ces manœuvres...  Les publications les plus récentes sur le fascia ( GUIMBERTEAU ), ouvrent enfin nos yeux sur une meilleure compréhension du concept holistique décrit plus haut.

  

Les mains de l'ostéopathe sont à la fois son outil diagnostique et son vecteur de traitement. Après avoir expliqué le motif de sa consultation, le patient est examiné avec une grande précision. La ou les "lésions ostéopathiques" sont répertoriées et traitées par le thérapeute, non pas systématiquement mais de manière raisonnée et limitative, car il serait pour le moins présomptueux en tant que professionnel de santé de croire qu'on est en mesure de restaurer l'ensemble des capacités au patient, mais on se doit d'essayer de s'en approcher. Il convient de préciser que l'ostéopathe qui est par ailleurs professionnel de Santé, (Médecin, kiné ou autre) est plus à même de connaitre les limites de ses compétences et d'orienter le cas échéant le patient vers une prise en charge spécialisée ou des examens complémentaires.

  

Si chacun dans le grand public peut se reconnaître un certain sens tactile. Si toute manœuvre ou technique est accessible à beaucoup de personnes motivées. Si l'enthousiasme de soigner est largement partagé dans la population, " L'art ostéopathique" est un lent parcours initiatique, et l'exercice professionnel à destination des patients, requiert une formation initiale concernant la matière médicale. Il devrait, mais ce n'est pas le cas en France, être différencié du domaine du bien être (ostéopathie pratiquée par les ostéopathes sans pré requis médical). Ici, nous parlons et nous traitons des patients, il est donc indispensable et préalable à toute intervention, d'écarter toute contre-indication à nos techniques et de limiter notre champ d'action aux compétences validées, afin d'orienter le patient vers les thérapeutiques les plus adaptées. Le diagnostic et la compréhension du phénomène douloureux ou dysfonctionnel sont indispensable dans l'exercice de l'ostéopathie, c'est pourquoi le praticien doit s'assurer auprès du patient qu'il a parfaitement compris son problème. 

 

 

Mises en garde

  • Sur ce site, il n'est fait mention uniquement de l'ostéopathie "médicale" réservée aux praticiens de Santé (on pourrait parler de l'ostéopathie qui vise à soigner et non celle dite de bien-être pratiquée par des "ostéopathes dits exclusifs" de plus en plus nombreux en France mais qui n'ont pas de diplôme médical ou paramédical. Le public serait avisé de différencier son bien-être de sa Santé (on peut par exemple distinguer un "massage" ou modelage relaxant du dos effectué par une esthéticienne ou un garçon de plage et des techniques de massage opérées par le kinésithérapeute en cas de lumbago. Le premier est sensé faire du bien au client, le second s'inscrit dans la compréhension du phénomène douloureux, et requiert des connaissances physio-pathologiques nécessaires pour à minima ne pas aggraver la lésion et contribuer à une restauration rapide des capacités fonctionnelles du sujet, qu'on appelle alors patient. 
  •    Il n'y a pas à proprement parler d'ostéopathie de "prévention," la restriction de mobilité tissulaire" n'a pas de signe annonciateur, il n'est donc pas nécessaire de consulter quand tout va bien (en particulier pour le nourrisson). Nous n'avons à ce jour aucune preuve que toutes les restrictions de mobilité nécessitent d'être corrigées, heureusement pour nous, praticiens, car comme je l'ai déjà mentionné plus haut, nous serions particulièrement embarrassés s'il fallait en faire un inventaire exhaustif. Si bien que la visite de contrôle en ostéopathie n'a pas de raison d'être (sauf à répondre à une hypothétique campagne de santé publique type dépistage).
  •  Les dérives mercantiles et sectaires n'ont pas de place dans les cabinets des ostéopathes-professionnels de santé, le grand public doit savoir qu' un traitement bien mené ne saurait dépasser 3 à 4 séances maximum, et qu'aucune prise en charge en ostéopathie ne justifie l'arrêt d'un autre traitement médical en cours.

 

votre praticien

 

 Christophe CADOT-BURILLET

 exercice libéral depuis 1986

  •  Masseur-Kinésithérapeute D.E.  

                                       (VICHY)

  •  D.I.U. spécialité kinésithérapie cardio-vasculaire et respiratoire

 (PARIS-DESCARTES)

 

  •  Ostéopathe D.O.

(NAMUR, Belgique)